Chapitre 13

La famille du Puy-Melgueil
et L’engagement du généalogiste du Roi
Louis-Nicolas-Hyacinthe Chérin en faveur des protestants

Deux rappels préalables

1 / L’Édit de Tolérance  
Celui de l’ Édit de tolérance du 29 novembre 1787. Par cet édit, le roi Louis XVI accorde aux protestants un état civil. Il leur assure le droit d’exister dans le royaume sans y être troublés sous le prétexte de religion. Le dossier de présentation de famille du Puy-Melgueil est établi un an après, fin 1788.

2 / Une remarque plus importante ensuite
François Bluche dans son ouvrage très exhaustif sur les Honneurs de la Cour montre que Louis-Nicolas-Hyacinthe Chérin qu’il appelle Nicolas Chérin s’est personnellement impliqué dans les cas difficiles qui lui tiennent à cœur par des notes à l’attention personnelle du Roi.

Ainsi pour une famille connue depuis 1227 mais dont la preuve ne va que jusqu’en 1480, Nicolas Chérin écrit au Roi (Bluche, Op. cit. page 21) :

« Le généalogistes des Ordres ne croit point sortir des bornes de son devoir s’il se permet de représenter qu’il est peu de circonstances plus favorables où il soit de la bonté du Roi de s’écarter de la rigueur des règles en considération de l’ancienneté d’une race recommandable par le caractère de son origine et le mérite de ses services… ».

Cette pugnacité semble s’être particulièrement attachée aux familles de noblesse féodale. François Bluche la trouve un peu excessive. On l’a dit, il regrette le caractère tranchant de Nicolas Chérin qui a fait « détester une rigueur acceptée lorsqu’elle venait de son père » tandis qu’il pousse à un point excessif le culte de l’origine féodale » (Op.cit. page 18).

Ce culte, Jacques du Puy-Rochefort ne l’a pas regretté pour son admission. Il lui a permis de devenir marquis du Puy-Montbrun de par le caractère féodal de la seigneurie de Montbrun que Guy Allard a fait valoir.
Cela dit, il s’agit là toutefois d’une hypothèse qu’aucun écrit ne confirme.

Il en est tout autrement de l’admission de la famille de Marc-Antoine-Guillaume du Puy considérée comme faussement noble par les sbires des Recherches de noblesse. Là on dispose d’écrits qui réhabilitent sa famille.

Les notes au Roi de Louis-Nicolas-Hyacinthe Chérin

Deux notes du dossier 3341 du Puy en Albigeois de la Bibliothèque Nationale écrites de la main même du généalogiste du Roi [Voir Annexe 10B], sont particulièrement significatives. 

1 / Une note brève de Louis-Nicolas-Hyacinthe Chérin montrant l’intérêt du généalogiste du Roi pour les familles de noblesse féodale même si elles ont perdu leur lustre mais présentent les titres originaux de leur famille.
On lit ainsi dans le dossier de le famille du Puy-Melgueil la note suivante [Voir Annexe 13A] :

« Il existe dans le royaume un plus grand nombre de races anciennes qu’on ne pense, qui ont échappé aux Ravages des Guerres civiles et du temps, qui dévore tout. Si l’obscurité dans laquelle ces familles ont vécu durant quelques siècles semble les avoir fait déchoir de leur ancien lustre, elles n’en ont pas moins droit aux honneurs réservés à la haute naissance lorsqu’elles représentent les titres authentiques de leurs origines »

2 / Une note beaucoup plus importante engageant LNH Chérin.
Dans cette note [Voir Annexe 13B] qui est de même nature que celle présentée plus haut par François Bluche le généalogiste du Roi, après un rappel de l’ancienneté de la famille du requérant Marc-Antoine-Guillaume du Puy, fait le procès des recherches de noblesse et demande au Roi de n’y attacher aucune importance.

On lit (c’est nous qui surlignons) :

Le généalogiste des ordres du Roi croit pouvoir assurer que parmi les affaires contentieuses de noblesse qu’il est chargé d’instruire pour le Conseil du Roy il n’a point encore eu une occasion de rendre compte d’une Preuve aussi distinguée. Nom connu depuis 1101, filiation établie sans interruption depuis l’année 1264, origine chevaleresque alliances de marque, tels sont les principaux avantages que réunit les maisons des suppliants. D’après cet exposé on ne conservera donc aucun préjugé défavorable des condamnations prononcées par M. Bazin de Bezons contre les auteurs du Vte du Puy surtout si l’on considère que les troubles du protestantisme dont ils faisaient profession les avaient privés d’un partie de leurs titres au moment de la Recherche des faux nobles et que les actes qui leurs étaient nécessaires se trouveraient au même temps entre les mains de la branche aînée qui obtint du même intendant un jugement de maintenance ; ainsi nous estimons qu’il serait de la justice et de la bonté de Sa Majesté d’accorder aux suppliants les conclusions de leur requête.

fait au Cabinet des ordres du Roy le 19 septembre 1788.
paraphé : Chérin

Le mémoire de présentation écrit par Louis-Nicolas-Hyacinthe Chérin

Ainsi les termes du début du mémoire de LNH Chérin [Voir Annexe 13C] dont nous disposons rappellent dès le début du texte les conditions dérogeantes de noblesse des membres de la famille et concluent :
« les maintient dans leur noblesse d’ancienne race et chevalerie ».

Un point de détail qui a son importance

Il s’agit de l’assurance donnée par écrit de la constitution du dossier présenté au généalogiste du Roi, ce que montre le billet ci-dessous.
Comme demandé par le Règlement seuls des titres ont été fournis, à savoir tous les documents originaux permettant de reconstituer la filiation. 

Le signataire est très probablement celui d’un frère du requérant, Marc-Antoine-Guillaume du Puy.

conclusion

Être admis aux Honneurs de la Cour a permis à la branche du Puy de l’Albigeois de laver le déshonneur qui, pour elle, a été la recherche des faux nobles, où faute de preuves celles-ci étant restées dans les mains de la branche aînée cette famille a été déclarée comme de fausse noblesse. 

Plus généralement cette admission est un exemple :
◊ de l’injuste sévérité manifestée lors des recherches de noblesse, très bien décrite par Colbert et d’autres auteurs ;
◊ de l’importance du croisement des sources dans toute étude généalogique ;
◊ mais aussi d’une évolution de la vision sociale de la France à l’égard des protestants, ceci restant à nuancer puisque Marc-Antoine-Guillaume était, lui, redevenu catholique.

Elle est aussi un exemple de l’incompétence du pseudonyme Pierr01 qui (voir plus loin) gouverne les articles de généalogie de Généawiki et accorde une importance définitive aux recherches de Noblesse.

Avoir embrassé des religions différentes ne doit pas être propre à cette famille du Puy-Melgueil, mais elle est de celles peu nombreuses à notre connaissance où apparaît un comportement de défiance à l’égard de la religion catholique pour avoir embrassé deux religions qui s’en séparent : la religion dite aujourd’hui Cathare et le protestantisme.

On donne encore quelques éléments complémentaires et finaux de présentation de cette famille.

chapitre 12

La famille du Puy-Melgueil
et son admission aux Honneurs de la Cour

chapitre 14

La famille du Puy-Melgueil,
Ce que l’on sait sur ce nom aujourd’hui