Chapitre 24

Généalogie connue de le famille
du colonel du Puy-Montbrun

présentée dans les Cahiers d’Études Cathares,
n° 113, printemps 1987

avec l’aimable autorisation de Monsieur Olivier Cébe

Préalable important

Au lecteur qui souhaite se rendre directement à la généalogie sans avoir parcouru le site et ses commentaires nécessaires, on doit préciser ici à son attention qu’une généalogie doit toujours être présentée avec un commentaire sur ses sources, ce qui caractérise la confiance à lui accorder.

Nous devons donc redire ici que la filiation ininterrompue présentée dans la généalogie du colonel du Puy-Montbrun [Voir Annexe 24A] :

est certaine à partir du degré VIII, Hugues del Poig.

• Pour les degrés VIII à XXIV, cette certitude tient aux travaux des commis du généalogiste du Roi lors d’une procédure dite des Honneurs de la Cour [Voir Annexe 4F]. qui impose que la filiation père/fils soit assurée à ce niveau d’ancienneté par deux preuves au moins (trois preuves après l’an 1500).
Elle nous est aujourd’hui accessible de la main même du généalogiste du Roi, Louis-Nicolas-Hyacinthe Chérin, par des notes de sa main [Voir Annexe 10B].

Le lecteur pourra observer une particularité de cette généalogie. C’est la connaissance que l’on a du très grand nombre de preuves (52 pages d’écriture fine). On trouve ces preuves (testaments, mariages, legs, etc.) dans le dossier des preuves paraphé par le généalogiste du Roi, accessible par :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100810923/f69.image.r=Chérin%20165.

• Pour les degrés XXV à XXI les preuves proviennent d’actes d’état-civil. 

n’est pas certaine pour les degrés I à VII.

Ces degrés figurent dans les premières pages du dossier des preuves. Ils sont présentés de façon bien plus lisible [Voir Annexe 24B].

S’ils n’ont pas été acceptés comme degrés antérieurs au VIIIe, par Louis-Nicolas-Hyacinthe Chérin, c’est donc que les preuves qui les liaient n’étaient pas suffisantes.

Un généalogiste, Nicolas Viton de Saint-Allais, s’est servi des travaux de Chérin et des preuves présentées pour l’admission aux Honneurs de la Cour qui lui ont été données par un membre de la famille, lequel lui a fourni aussi d’autres documents qu’il détenait.
Voir à partir du deuxième paragraphe :
https://books.google.fr/books?id=XZcOAAAAQAAJ&pg=PA18&lpg=PA18&dq=du+puy-melgueil&source=bl&ots=33tTRtZCJ8&sig=nc2b04ihjlU66i0C1hgVdfuLHcY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjV1YT8_4jLAhXpApoKHUYEDF8Q6AEIJzAD#v=onepage&q=du%20puy-melgueil&f=false.

Il en déduit – sous l’appellation du Puy-Melgueil donnée alors par plusieurs généalogistes à la famille du colonel – une filiation directe à partir du premier degré.
Voir pages 17 et suiv. :
https://books.google.fr/books?id=XZcOAAAAQAAJ&pg=PA17&f=false#v=onepage&q&f=false.

Cette filiation, pour ses premiers degrés doit être lue avec grande précaution. 

Les précautions

Le colonel du Puy-Montbrun a toujours été très attentif à cerner au plus près la vérité dans ses recherches [Voir Annexe 24C]

C’est dans cet esprit qu’il a effectué ses propres recherches sur l’origine de « sa Maison du Puy en Albigeois ». On les présente en [Voir Annexe 24D]. Il évoque en fin de texte une Charte de rémission accordée à Guillaume, fils d’aïeul hérétique.

Pourquoi les Cahiers d’Étude Cathare ?

Un des aïeux certains du colonel du Puy-Montbrun a en effet embrassé la religion dite aujourd’hui cathare. 

Son fils a obtenu une Charte de rémission dont on dispose d’une copie aux Archives départementales d’Albi [Voir Annexe 24E].

Cela donne, pour ce que l’on en sait, des informations de nature à intéresser les lecteurs de cette revue. Peu d’informations, il est vrai dans le dossier des preuves. Il n’était pas de bon ton à l’époque de la présentation souhaitée au roi Louis XVI d’évoquer des conduites hérétiques qui bafouent la religion chrétienne. Grande discrétion donc dans le texte !

Mais on peut voir comment le successeur de l’« hérétique » a fait amende plus qu’honorable. Pour autant lui et ses successeurs ont été continuellement assaillis pour faire des donations à l’Église catholique. Intéressant aussi, même si cela est bien connu.

chapitre 23

Lettres ouvertes à M de Saulieu, M de Seréville, M Picron, aux administrateurs de Wikipédia

chapitre 25

Les travaux personnels du colonel du Puy-Montbrun